Bivouaquer ? Mais pour quoi faire ?

Mon ami Julien a fait le choix de partir vivre loin de la France depuis l'automne dernier. Une envie d'aventure et de nouveauté qui l'a ammené à poser ses valises à Bali, au beau milieu de l'Océan Indien, au paradis en somme. Là-bas, il s'est mis à la culture locale mais surtout a pu mettre en pratique ses désirs d'évasion et de simplicité en application. Il nous donne sa vision sur les bivouacs, les nuits à la belle étoile, et la reconnexion avec la nature... 

 Bivouac selon Julien @hammock_travellers

 

Bivouaquer ? Mais pour quoi faire ?

Dormir dehors, sans l’eau courante ni électricité, sans savoir exactement où l’on est, certains adorent ça et je vais vous expliquer pourquoi…

Bivouaquer c’est le fait de dormir sous une tente ou à la belle étoile, de manière temporaire, dans une zone non-aménagée et en pleine nature.

  • C’est un véritable retour aux sources

Depuis la nuit des temps, l’Homme dort sous des abris qu’il s’ait confectionnés lui-même. De nos jours, nous vivons au rythme de la technologie, joignables en permanence, sans cesse sollicités et parfois c’est l’overdose… On prend alors sa moto, son hamac, son tarp et son couteau sans oublier de laisser le téléphone à la maison, direction la plage ou la montagne. On se retrouve ainsi seul avec la certitude que pour les heures à venir, asbolument personne ne viendra nous déranger ! Et c’est cette simplicité qui fait la magie d’un bivouac. On prend le temps d’avoir le temps…

  • On ne peut compter que sur soi-même

C’est là tout le plaisir d’un bon bivouac, l’aventure et ses complices de toujours : les imprévus ! Et lorsqu’un pépin arrive (blessure, manque de nourriture, animaux sauvages…) il n’y aura personne pour vous sortir de cette galère. Votre seul espoir, c’est vous-même. Il va falloir réfléchir, bricoler, ajuster, improviser pour régler les éventuels petits problèmes qui pourraient arriver. Et je peux vous garantir que ce sentiment de fierté de vous en être sorti par vous-même, vous ne l’oublierez jamais !

  • Laissez place à votre côté animal

Qui dit absence d’eau courante, dit absence de douche… Mais si vous avez bien choisi votre emplacement, vous pourrez vous réveiller le matin au lever du soleil et découvrir qu’une rivière s’écoule tranquillement non loin de là ! C’est le moment idéal pour sortir son savon Bivouak, car 100% biodégradable, et d’aller à même la rivière pour se laver. Puis ce sera l’heure de prendre votre petit déjeûner, quelques palourdes que vous aurez au préalable fait cuire dans les cendres encore chaudes de votre feu de camp de la veille. Ou un bon jarret de cochon sauvage si vos talents de chasseur rivalisent avec ceux de l’ami Bear Grylls…

  • Une nuit en bivouac c’est … gratuit.

C’est un avantage non négligeable lorsque l’on voyage avec un budget réduit. Prenez l’exemple du Myanmar. Ce pays d’Asie du Sud Est s’est ouvert au tourisme il n’y a que quelques années et le nombre d’hôtels ayant l’autorisation d’accueillir des touristes est encore faible. La demande étant plus forte que l’offre, les prix peuvent avoir, dans certains coins, tendance à vous réduire considérablement votre budget. Le bivouac reste alors la solution la plus économique… L’investissement de base (hamac + moustiquaire) s’en trouve rentabilisé en seulement 2-3 nuits sous un ciel étoilé.

Amis aventuriers, vous savez ce qu’il vous reste à faire…

l'évasion selon Fenrir Brooklyn

octobre 19, 2015 par Corentin Letort
Article précédent / Article suivant

Commentaires

Jeanjean dit:

Je vais tenter mon premier bivouac la semaine prochaine, et seul en plus !

Votre article ne fait que renforcer mon impatience !

Laisser un message

Les messages doivent être approuvés avant leur publication.